En tant que propriétaire, vous connaissez certainement les nombreux problèmes que peuvent poser les murs intérieurs de votre maison, par exemple des fissures dans le plâtre. Grâce à une inspection minutieuse des murs intérieurs, vous pouvez identifier rapidement les problèmes potentiels et prendre des mesures pour les résoudre avant que les dégâts ne s’aggravent. Bien que certains de ces problèmes puissent sembler mineurs, ils peuvent souvent entraîner des maux de tête importants à long terme si aucune mesure n’est prise à temps. Dans cet article, nous allons examiner certains des problèmes les plus courants liés aux murs intérieurs et vous donner quelques conseils utiles pour y remédier.

Mouillage et humidité des murs intérieurs

Les taches d’humidité, les papiers peints moisis et le papier qui s’effrite sont tous des signes courants d’humidité. L’humidité n’est pas un problème aussi courant dans les murs intérieurs que dans les murs extérieurs, et elle peut être causée par une fuite du réseau d’alimentation en eau, comme celui qui dessert les propriétés adjacentes. Les tuyaux de chauffage central qui traversent le béton peuvent se corroder avec le temps, et toute canalisation du chauffage central ou des eaux usées située sous les planchers peut avoir fui lentement pendant des années sans qu’on le remarque. Lorsque le sol est humide, l’eau risque également de s’accumuler sous le plancher. Les planchers suspendus en bois peuvent se dégrader en raison de l’humidité permanente. L’humidité peut être absorbée par le haut, par exemple par des toits qui fuient, des réservoirs d’eau et des tuyaux cassés dans les greniers.

En cas de murs intérieurs humides, certaines mesures correctives peuvent être prises pour résoudre le problème. La première mesure est la recherche de la source de l’humidité. Vérifiez les planches adjacentes et l’état des solives du rez-de-chaussée pour déterminer leur état. En cas d’endommagement, le remplacement des solives est éventuellement nécessaire. Les planchers en bois ont besoin d’une meilleure ventilation pour aider à répartir l’humidité, et les tuyaux peuvent présenter des fuites qui nécessitent une réparation ou un remplacement immédiat. Lorsque le problème provient d’un niveau de sol extérieur élevé, il faut éventuellement abaisser le niveau du sol et installer un canal de drainage. Enfin, si l’humidité est causée par des fuites en hauteur, faites-les réparer au plus vite.

Fissures sur la surface du plâtre

Le plâtre peut présenter des fissures superficielles dues à divers facteurs, allant de la mauvaise qualité des matériaux au mouvement thermique. Dans les maisons anciennes, des lattes de bois mal fixées ou une mauvaise adhérence entre le plâtre et les lattes peuvent causer de petites fissures de forme irrégulière. Dans les maisons plus récentes, le rétrécissement des joints entre les plaques de plâtre est souvent en cause. Bien que les fissures superficielles ne causent pas nécessairement de dommages structurels, elles peuvent être inesthétiques et difficiles avec les réparations.

Avant toute intervention, les lattes de bois doivent être inspectées pour vérifier la présence de plaques de plâtre détachées. En cas de problème mineur, le plâtre existant est découpé et de nouvelles plaques sont vissées en place. Le mur est ensuite réparé pour correspondre au reste de la surface. Dans les cas plus graves, cependant, le remplacement d’un mur entier ou la pose de nouvelles plaques de plâtre peuvent être nécessaires.

Dans la plupart des cas, les petites fissures dans les plaques de plâtre sont relativement simples à résoudre lorsqu’elles sont confinées aux joints. Toutefois, en cas de mauvaise étanchéité des joints lors de la pose des plaques, un rejointoiement et un crépissage peuvent éventuellement être envisagés. Parfois, les plaques gravement endommagées devront être totalement remplacées.

Déplacements dans la structure

La présence de longues fractures mérite un examen. Les cadres de portes intérieures susceptibles de bloquer les portes, les espaces évidents entre les plinthes et le sol, et les sols en pente aux endroits occupés par les murs sont autant d’indications de mouvements structurels. En outre, les fissures capillaires peuvent être observées à l’endroit où les murs intérieurs touchent les murs principaux. La présence d’une fissure de plus de 3 millimètres de large et qui s’agrandit progressivement peut indiquer un mouvement structurel. Ce mouvement peut être causé par un problème dans une autre partie de la propriété.

Par exemple, la démolition d’un mur intérieur mal soutenu entraîne la déformation ou la fissuration des sols et des plafonds à l’étage. Les fissures capillaires saisonnières, qui sont souvent le signe d’un mouvement différentiel, constituent exceptionnellement un problème majeur. Les murs intérieurs à colombages en bois peuvent se contracter ou se dilater à des taux variables au contact de sections de murs principaux en maçonnerie, à l’instar des murs adjacents faits de matériaux différents. En outre, les maisons d’époque dotées de fondations peu profondes sont susceptibles de se déplacer légèrement tout au long de l’année, et de petites fissures peuvent se former au niveau des joints.

Certaines mesures simples, comme le ratissage des fissures ou l’application d’un mastic flexible, peuvent souvent remédier aux mouvements structurels. Dans les cas plus graves nécessitant l’assistance d’un ingénieur en structure, ce mouvement peut être dû à un support inadéquat des charges au-dessus ou à des mouvements dans les baies ou les murs principaux. Les murs porteurs internes sans profondeur de fondation adéquate peuvent nécessiter un renforcement ou l’ajout de nouveaux contreforts ou piliers en brique. Ces précautions permettent souvent d’arrêter les mouvements structurels et d’éviter d’autres dommages à la maison.

Problème de transmission du bruit

Nombre de personnes ont déjà ressenti la frustration de vivre dans une maison mitoyenne et d’être constamment dérangées par le bruit des voisins. Le bruit des pas au-dessus de la tête, la musique forte tard dans la nuit, ou simplement le bavardage de la vie quotidienne, peuvent être une source d’insécurité. L’insonorisation est donc une considération majeure lors du choix ou de la rénovation d’une maison. Plusieurs moyens permettent de réduire la transmission du son, notamment la construction de murs mitoyens, le remplissage des espaces avec de la mousse expansive et l’isolation des murs avec des matériaux absorbant le son (vous pouvez vous référer à l’article quelle isolation pour les murs choisir pour une isolation thermique).

Pour réduire la transmission du son, différents types de matériaux et de techniques peuvent être utilisés sur les murs. Par exemple, la construction d’un mur séparé, composé de montants en bois et de plaques de plâtre, près des anciens murs, mais sans connexion avec eux. Un espace de 50 millimètres doit être prévu entre l’ossature et le mur, qui est ensuite rempli d’un isolant et de deux couches de plaques de plâtre acoustiques.

Les joints doivent être décalés et mis en place avec du scrim et du mastic pour minimiser le bruit provenant du vide sous toit. Recouvrez le plafond d’une nouvelle couche de plaques de plâtre et isolez le plancher du grenier au-dessus du mur coupe-feu pour réduire le bruit provenant du vide sous toit. De la laine minérale peut être utilisée pour remplir les cloisons entre les différentes pièces pour une réduction supplémentaire du bruit.

Conclusion

Les murs intérieurs sont une partie intégrante de toute maison et leur état peut avoir un impact significatif sur la stabilité globale de la structure. Les problèmes liés aux murs intérieurs peuvent être causés par un certain nombre de facteurs différents, notamment les mouvements structurels, l’humidité et le manque de support. Dans la plupart des cas, il est possible de remédier à ces problèmes en prenant quelques mesures simples. Toutefois, dans les cas plus graves, il peut être nécessaire de demander l’aide d’un ingénieur en structure. Par ailleurs, dans le cas d’une maison en bois, les moyens d’isoler votre maison seront différents.